Artisanat indien
Bijoux 
Cadeaux 
Décoration indienne

    Pourquoi un autel

     Autel Bouddhiste - pourquoi un autel ? 
    Autel Bouddhiste - pourquoi un autel ?

    Un petit autel chez soir, pour quoi faire ?

    Si les Bouddhas n’ont pas besoin de nos sentiments pour nous ouvrir les portes de leur compassion, nous avons besoin, nous, de diriger vers eux nos pensées pour recevoir le lumière. L’offrande est un moyen précieux d’opérer ce mouvement vers les Bouddhas.

    Tant de choses, petites et grandes, occupent notre journée et notre esprit que, pour penser aux Bouddhas et au Maître, il reste bien peu de temps. Alors s’occuper régulièrement, avec soin et amour, d’un petit autel, c’est être sûr, déjà, de penser au moins quelques instants à eux chaque jour. Et chaque fois que nous voyons l’autel c’est un rappel de leur présence.

    Notre maison devient un peu leur maison.


     Les objets - support de la pensée 

    Mais pourquoi tous ces objets, ces manipulations, cette propreté extérieure ?

    C’est l’esprit qui compte ?

    Et oui ! C’est l’esprit.

    Faire des offrandes, aussi simples soient-elles, sur un autel, c’est d’abord témoigner notre considération aux diverses expressions de l’Eveil. Lorsque nous faisons un cadeau à un ami, c’est moins l’objet qui vaut que ce qu’il porte : notre amitié et notre estime. Nous n’en éprouvons pas moins le besoin de donner une forme matérielle à notre sentiment.


     La pratique 
    Il convient peut être en préambule de préciser qu'un autel bouddhiste n'est pas un lieu où l'on viendrait vénérer un dieu ou une divinité quelconque car le bouddhisme explique bien que les « divinités » tels que les yidams n'ont pas de réalité propre, ce qui signifie qu'elles n'existent qu'en nous même. La pratique tantrique bouddhique tibétaine diffère en cela complètement de la pratique tantrique hindouiste. Quand au Bouddha placé sur l'autel ce n'est pas lui physiquement qui est vénéré mais ce qu'il représente, à savoir la partie de nous qui est « éveillée ». On ne se prosterne donc et on ne « vénère » que les parties positives de nous même et non pas un être tiers qui serait perçu comme supérieur à nous même, comme c'est le cas dans les autres religions en général...
     Les 8 offrands 
     Le nécessaire pour autel 
     Les 7 bols